4. De la conception à la résurrection : un chemin quotidien

Le paragraphe initial de nos constitutions suit le chemin qu’a parcouru Marie et que nous pouvons faire nôtre, quotidiennement, comme il en va de l’Eucharistie.

La foi et l’obéissance de Marie (Luc 2,19 et Luc 2,51), la dépendance totale en laquelle grandit Jésus (Luc 2,7 et Luc 2,49-51) nous ouvre dans l’Église au mystère de la maternité spirituelle. Nous le vivons dans la mémoire aimante et priante de Notre-Dame, dans l’intimité du Cœur qui se souvient des faits et gestes de Jésus. Ainsi l’Esprit-Saint forme-t-il en nous le Christ qui, dans l’avenir, sera connu de tous. L’abandon confiant de la Vierge à la volonté du Père toujours plus grand est abandon à l’Amour qui sauve le monde, par la passion et par la croix du Fils bien aimé. Des mystères joyeux aux mystères glorieux, Marie enfante le Christ et l’Église, en demeurant dans l’adoration du dessein insondable de Dieu. Partageant au jour le jour cet accueil du don du Père, portant dans le cœur de Marie tout ce qui concerne son fils, nous sommes à notre tour rencontrées par Jésus ressuscité : il nous invite à nous réjouir déjà de sa gloire et à la célébrer dans son Eucharistie. Dans cette certitude et dans cette espérance, nous sommes envoyées vers les enfants bien-aimés de Dieu, de préférence les pauvres, pour leur manifester davantage la tendresse de leur père des Cieux6.

Ainsi nous est ouvert, dans le cœur de Notre-Dame, le mystère de la «maternité spirituelle» : former le Christ (Textes fondamentaux, VI.). Les étapes de la formation ne visent pas autre chose : «que le Christ soit formé en nous, pour qu’ensemble nous formions ce Corps chargé pour sa part de l’enfantement du monde nouveau où Jésus sera connu de tous»7.


6. Textes fondamentaux, I. Notre charisme : Sœurs du Saint-Cœur de Marie.
7. Ibidem.

Complétez votre lecture

Sur le même thème

Le Mystère du Cœur de Marie

Le premier chapitre de nos constitutions de 1988 s’intitule : «Notre charisme : Sœurs du Saint-Cœur de Marie». Le texte part d’une double référence, unique dans toute l’Écriture, au cœur de Marie (Lc 2,19 et 2,51), où s’inscrit le rappel de la naissance obscure et de la croissance discrète de l’Enfant Jésus (2,7 et 2,49-51).

Lire plus »

Le cœur immaculé de Marie

La messe du Cœur Immaculé de Marie célèbre, au lendemain du Sacré-Cœur, la miséricorde de Dieu qui a donné à l’Église, avec le Cœur de Jésus, le Cœur de Marie, modèle du cœur nouveau habité par l’Esprit.

Lire plus »

Marie gardait toutes ces choses dans son cœur

« Quand vint la plénitude des temps, Dieu envoya son fils né d’une femme… afin de nous conférer l’adoption filiale » (Ga 4,4). Que l’humanité soit associée à l’œuvre du salut en engageant si étroitement la personne d’une femme, impose à nos théologies une tâche qu’elles sont encore loin d’avoir menée à bien…

Lire plus »

Sainte Marie, Mère de Dieu

La prière du P. de Grandmaison est depuis longtemps entrée dans le patrimoine spirituel de la Congrégation. Avec elle, nous demandons au Père de nous «garder un cœur d’enfant»…

Lire plus »