« Je n’ai jamais voulu demander à une sœur un travail
que je n’avais pas expérimenté moi-même ».
Sœur Marie-Justine
Paule Dujardin
18 juin 1921

Naissance à Herseaux

8 septembre 1942

Entrée chez les Sœurs du Saint-Cœur de Marie de Malaise/La Hulpe

28 avril 1943

Entrée au noviciat

27 août 1945

Vœux temporaires

28 août 1948

Vœux perpétuels

1950-1973

Maîtresse des novices

1975-1987

Supérieure générale

7 février 2018

Décès à La Hulpe

À l’occasion de ses 90 ans

Elle naquit un beau jour d’été de l’an 1921. Que se passa-t-il, jusqu’à ce que, le 8 septembre 1942, elle franchit d’un pas décidé l’entrée principale du vieux couvent de Malaise ? On sait seulement qu’elle venait de la frontière, et ce sera une autre caractéristique de sa trajectoire : toujours aux frontières, de la France et de la Belgique, du français et du flamand, de la musique et de l’économat, des jeunes rouspéteuses et des plus âgées grommeleuses…

Le noviciat commença le 28 avril 1943, toujours en pleine guerre. Des premiers vœux, le 27 août 1945, on garde quelques photographies aussi austères que l’époque ; les derniers vœux, le 28 août 1948 seront, les esprits calculateurs le remarqueront, entachés de nullité, puisqu’ils sont faits un jour trop tard. Qu’importe ! La charge de maîtresse des novices arrivera aussi trop tôt, au point qu’il faudra pour l’exercer une dispense archiépiscopale, puisqu’elle n’avait pas 30 ans. Devenue assistante, puis supérieure générale, avec le même enthousiasme et la même créativité, elle avança, au fond, contre vents et marées, avec ces alternances de jours et de nuits que nous connaissons tous…

Mais en avant la musique, du piano à l’orgue, au violon, à la cithare, et toujours au chant. Il y a aussi la couture (en particulier pour réparer les vêtements des enfants de l’Ancre) et la cuisine, et la chapelle, et tout le reste de ces choses qui n’ont pas de nom, et finissent par remplir tout le temps donné, dont on se demande aussi parfois comment il est, ainsi que dans l’affaire des deux poissons et des sept pains, tout à coup multiplié pour tant de monde (car il y a aussi les couvertures pour l’Afrique, les affaires pour la brocante des compagnons déménageurs, les raccommodages vieilles choses pour jeunes sœurs)… On n’oublie pas les temps de reprise, avec ces deux ou trois grandes retraites, qui ont toujours trouvé la Samaritaine au Puits de Jésus. Beaucoup de compagnes des débuts s’en sont déjà allées, mais pour nous qui restons, tout semble commencer chaque jour, comme le disait aussi saint Antoine lorsqu’il atteignit 120 ans : « aujourd’hui, je commence ». Merci, Seigneur, merci Justine !

Sur le même thème

Mère Gonzague

Sœur Gonzague, qui fit à Alsemberg sa première profession religieuse le 4 septembre 1841, et sa profession perpétuelle le 7 septembre 1842, est élue, le 26 mai 1863, première supérieure du petit couvent de La Hulpe – elle sera réélue jusqu’à sa mort.

Lire plus »

Mère Marie-Véronique

Institutrice, catéchiste, Mère Véronique devint maîtresse des novices puis supérieure générale. Pour avoir accueilli au pensionnat de La Hulpe des dizaines d’enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fut décorée, post-mortem, du titre de «Juste parmi les Nations».

Lire plus »

Sœur Marie-Claire

A enseigné en primaires et en gardiennes dans plusieurs maisons. Musicienne dans l’âme, tenant les orgues et donnant des leçons de solfège ainsi que de travaux manuels. Éducatrice du groupe des grandes filles en 1953, au début de l’œuvre de l’Enfance moralement abandonnée.

Lire plus »