« Juste parmi les Nations »
Mère Marie-Véronique
Philomène Smeers (1875-1973)
12 octobre 1875

Naissance à Linsmeau (Brabant)

28 août 1895

Entrée chez les Sœurs du Saint-Cœur de Marie de Malaise/La Hulpe

10 janvier 1896

Reçoit l’habit religieux

25 avril 1898

Vœux temporaires

4 septembre 1903

Vœux perpétuels

19 septembre 1973

Décès à La Hulpe

Diplômée dès les débuts de sa vie religieuse comme institutrice de l’enseignement primaire (via l’école normale de l’Institut de l’Enfant-Jésus, à Nivelles), elle enseigna à Fumal et à Linsmeau, tout en s’occupant de l’école dominicale et de l’enseignement de la catéchèse.

Maîtresse d’école très appréciée, elle enseigna également au Pensionnat de Malaise et y reçut aussi la charge de surveillante des études. Beaucoup de personnes furent marquées par son enseignement chrétien.

Après avoir été maîtresse des novices, elle fut élue supérieure générale le 21 août 1929 (à l’âge de 54 ans), charge qu’elle exerça jusqu’au 29 août 1951 (donc, durant 22 ans).

C’est en 1930 qu’elle présida au changement du costume religieux et en 1931 qu’elle réalisa, avec l’aide du Conseil de la Congrégation et du Père J. Creusen, s.j., la rédaction des nouvelles Constitutions (adaptées au droit canonique de 1917).

Elle garda toujours le souci de la formation professionnelle des Sœurs en envoyant toutes celles qui le pouvaient à l’école normale (primaire ou moyenne, c’est-à-dire régendat).

Elle fit réaménager les dortoirs du Pensionnat, acheter les machines qui faciliteraient le travail des Sœurs (à la buanderie, à la cuisine, pour le nettoyage, etc.) et entreprit, dès 1933, la construction d’un nouveau bâtiment.

Malgré de très grosses difficultés pécuniaires, elle accepta toujours des enfants pauvres au Pensionnat, avant guerre et après.

Pendant la guerre de 40-45, elle porta courageusement de nouvelles responsabilités matérielles et morales, notamment par l’accueil d’enfants juives, ce qui lui valut, bien après sa mort, le titre de « juste parmi les Nations », que sœur Marie-Justine recevra à Yad Vashem au nom de la congrégation. Sa confiance en la Providence était remarquable.

Elle s’éteignit à La Hulpe, après plusieurs années d’un déclin intellectuel (une sorte d’entrée dans l’éternelle enfance) qui ne la vit jamais manquer à la discrétion propre à ses responsabilités antérieures ; elle avait 98 ans, dont 78 de vie religieuse.

Pour aller plus loin

« Juste parmi les Nations » Mère Marie-Véronique (Philomène Smeers) (1875-1973)
Vies Consacrées 2012-1, p. 28-44

À lire sur le site de la revue « Vies Consacrées »

Sur le même thème

Mère Gonzague

Sœur Gonzague, qui fit à Alsemberg sa première profession religieuse le 4 septembre 1841, et sa profession perpétuelle le 7 septembre 1842, est élue, le 26 mai 1863, première supérieure du petit couvent de La Hulpe – elle sera réélue jusqu’à sa mort.

Lire plus »

Sœur Marie-Claire

A enseigné en primaires et en gardiennes dans plusieurs maisons. Musicienne dans l’âme, tenant les orgues et donnant des leçons de solfège ainsi que de travaux manuels. Éducatrice du groupe des grandes filles en 1953, au début de l’œuvre de l’Enfance moralement abandonnée.

Lire plus »

Sœur Marie-Justine

Entrée dans la Congrégation en 1942, sœur Marie-Justine, après avoir vécu de près l’aventure des «enfants cachés» du couvent de Malaise, devint tour à tour maîtresse des novices puis supérieure générale.

Lire plus »