Notre vie en Église

Notre spiritualité vécue, trinitaire, mariale, ignatienne et eucharistique, est fondamentalement ecclésiale. Jésus est au centre ; plus exactement encore, c’est le Fils du Père que nous apprenons à connaître dans l’Esprit.

Notre spiritualité est fondamentalement ecclésiale.

Notre lieu propre est celui d’une maternité spirituelle.

Notre lieu propre est celui d’une maternité spirituelle, non seulement à cause du cœur de Marie auquel nous nous référons, mais aussi en raison de cette présence constante du Père, à partir duquel, en quelque sorte, nous considérons le Fils.

Au rythme offert par l’Esprit d’amour, nous grandissons dans la croissance de Celui qui, étant aux affaires du Père, nous y associe, c’est-à-dire nous envoie partout où il est possible de manifester tout ce qui concerne sa venue et sa Pâque en ce monde. Nous sommes dans l’Église pour le monde de ce temps.

Nous sommes dans l’Église pour le monde de ce temps.

Notre maison de famille est l’Église.

En choisissant comme point de départ l’obéissance à la mission, les Constitutions actuelles nous ont inscrites dans le grand mouvement qui part des apôtres, puis de leurs successeurs, pour gagner tout l’univers. Elles nous mettent également en relation étroite avec le successeur de Pierre, supérieur suprême de tous les consacrés (Droit canon, c 590 § 2). C’est dire que notre maison de famille est l’Église, bâtie sur le fondement des apôtres et des prophètes, communion de vie et d’amour des sauvés.

C’est dire encore que notre vie apostolique procède toujours de la mission confiée par l’Église à la Congrégation. Ainsi, la supérieure générale accueille l’autorité épiscopale dont nous relevons et le lien personnel à la supérieure générale, manifesté par nos vœux, fonde notre unité d’action apostolique.

Notre vie apostolique procède de la mission confiée par l’Église à la Congrégation.

Notre Congrégation cherche à faire corps dans son Corps.

C’est dire enfin que notre vie communautaire reflète elle aussi, en principe, la communion des personnes, des services, des fonctions qu’implique la fraternité de tous dans le Christ. Cheminant avec les prêtres et les laïcs des communautés chrétiennes auxquelles nous appartenons, notre Congrégation cherche à faire corps dans son Corps.

Sur le même thème

Vous avez dit Église ?

Parler de l’Église, c’est toujours, comme pour la vie consacrée d’ailleurs, en revenir à une expérience spirituelle (1), normée par les commencements de l’Évangile (2) mais toujours en débat singulier avec « le monde » (3), ce qui conditionne son avenir (4).

Lire plus »

Joseph de Nazareth ou la paternité de Dieu

Parler de saint Joseph, patron de la Congrégation, c’est parler de l’Église, du Christ, du dessein du Père, de l’effusion de l’Esprit, et de notre destinée éternelle. Et c’est aussi rencontrer un homme de silence, serviteur du plus grand des mystères, et toucher à son humble et efficace présence dans l’Église et dans nos vies.

Lire plus »

Nos maisons : une histoire ecclésiale

S’intéresser aux différentes maisons ou implantations qui ont vu la présence des Sœurs du Saint-Cœur de Marie au fil du temps, c’est s’intéresser à la manière dont cette spiritualité a pris corps, dans les divers lieux où nous avons été envoyées.

Lire plus »