Vœux perpétuels de Sœur Marie-Céline

2 février 2020, Présentation du Seigneur

Fête de la lumière et de la présentation du Seigneur au Temple, le 2 février est aussi, depuis Jean-Paul II (1997), la fête de ceux qui mènent la vie consacrée à Dieu seul. La messe de 11 h de ce dimanche a pu accueillir dans la paroisse de La Hulpe la célébration exceptionnelle des vœux perpétuels d’une religieuse, appartenant à la congrégation des sœurs du Saint-Cœur de Marie, ce petit institut né et établi chez nous depuis son origine (1859).

Sœur Marie-Céline, au terme d’une formation commencée il y a environ 7 ans, s’est engagée pour toujours devant Dieu et dans son Église, à la pauvreté, la chasteté et l’obéissance, vécues dans la prière, la vie communautaire, pour la mission : toute sa vie consistera désormais à faire connaître et aimer le Christ qui l’a aimée le premier.

C’est une église comble qui a pu se muer en procession d’entrée des fidèles cierges à la main. La parole de Dieu annonçait un feu purifiant (Malachie 3,1-4), et le grand-prêtre miséricordieux qui nous a libérés du pouvoir de la mort (Hébreux 2,14- 18) ; mais il est advenu comme un petit enfant présenté au Seigneur par ses parents, reçu dans les bras par Syméon, célébré par Anne, grandissant en sagesse et en grâce dans la discrétion de Nazareth (Lc 2,22-40). Avant et après la dynamique homélie de notre pasteur, sœur Marie- Céline a redit sa volonté de s’engager, confiée à l’intercession de tous les saints et bénie par la prière consécratoire. L’offertoire avait donc déjà commencé, et la consécration eucharistique reprenait toutes nos intercessions dans le grand don du Christ à son Père et aux siens. 

C’est au moment de la communion que sœur Marie-Céline a prononcé sa profession, devant le calice surmonté de l’Hostie que lui présentait le célébrant ; sœur Marie, la supérieure générale, l’a reçue au nom de l’Église ; un moment intense, que l’assemblée a voulu applaudir. Puis tous se sont recueillis dans la communion, soulignée par le célèbre hymne acathiste « Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, alléluia ! ». Il restait au célébrant principal à bénir l’anneau qui signifie l’alliance définitivement contractée, et le chant d’action de grâces final pouvait éclater. Une allégresse que nous avons poursuivie par un excellent apéritif sous la tente montée près de l’église, et ensuite, pour beaucoup, au Foyer de la rue Gaston Bary qui jouxte la petite maison-mère des Sœurs. 

« Chacun reçoit la grâce de l’Esprit pour le bien du Corps entier », chantait l’assemblée ; pour sœur Marie-Céline, cette grâce revient à tout offrir à Celui qui lui a tout donné. Nous nous réjouissons de sa joie et nous la confions au Cœur de Marie, son plus beau modèle.

(Source : « Trait d’Union », bulletin de la paroisse de La Hulpe, janvier-février 2020, n° 302)

En images
Sur le même thème

Qui est Dieu et comment Le trouver ?

Il a suffi ! que je me pose ces questions pour que Dieu « attrape » ces deux balles au bond et me fasse prendre conscience que, sur ma route, des témoins de son Amour déjà me guidaient vers Lui et que d’autres m’étaient et me seront encore promis.

Lire plus »

S’habituer à une Présence

Je suis entrée dans la vie religieuse à 16 ans et quelques, en 1965. Comment devient-on religieuse quand on n’aime pas les bonnes sœurs, comment le reste-t-on, qu’est-ce qu’on y fait, quel sens cela a-t-il d’être célibataire pour l’amour de Dieu ?

Lire plus »